Les cours et auditions, la représentation, les saluts, la reconversion, les vexations, les questionnements, la peur, le plaisir et toujours cette sensation d’être au bord, à côté, sur un fil. Le livre d’Énora Rivière traverse les témoignages d’interprètes danseurs, à propos de ce qui les meut, en corps et en pensée.

C’est un véritable délice de plonger dans cette poignée de pages où l’auteur a l’intelligence de laisser aller la parole du danseur et de la reconstituer autour d’un processus fictionnel où les identités, quoique brouillées, sont suffisamment fortes pour faire émerger des expériences et des pans de vie. Ce qui frappe est la force avec laquelle Énora Rivière affirme que le danseur est un être humain, dans toute sa force et toute sa faiblesse.

À noter et à ne pas rater, la proposition spectaculaire construite autour de ce travail de recherche que la danseuse-chorégraphe-auteure présentera lors du Festival les Inaccoutumés à la Ménagerie de Verre en novembre 2014.
A. F.
enora-riviere

couv-obscene-enorariviere-def-hd

Memo

« OB.SCENE – Récit fictif d’une vie de danseur », Énora Rivière, coll. Parcours d’artistes du Centre national de la danse, 2013, 10 €.