Que la joie demeure !

La 18ème édition du festival méditerranéen DANSEM est maintenue cette saison, malgré la tragédie humaine actuelle. Entre le 20 novembre et le 16 décembre, l’événement se déroule entre Marseille, Aix-en-Provence et Arles. L’enjeu est d’ouvrir le regard critique des spectateurs, à travers une programmation éclectique, mais définitivement contemporaine.

Cette année, l’expansion géographique est le maître-mot. En effet, sur les 13 spectacles (dont une création), ce sont les pays du bassin méditerranéen, mais aussi d’autres horizons qui sont présents. Pointures et artistes émergents se mélangent avec grâce. On retrouvera avec plaisir Christophe Haleb et Sébastien Normand, sans oublier Georges Appaix du côté de la France. Côté Israël, Adi Shabbat sera à l’honneur, et l’incontournable Arkadi Zaides dont la pièce Archive avait été donnée en 2014 au festival d’Avignon. L’Italie aura la part belle, avec Michele Di Stefano et Cristina Rizzo. On ne peut pas ne pas souligner l’intérêt de voir, en un seul festival, sur plusieurs villes, des pays comme également le Maroc, la Belgique, ou encore la Suède.

Au programme, outre les pièces, des rencontres, des events, qui sont autant d’occasions de confronter nos points de vue dans un esprit festif. Et, aussi, une chance pour les chorégraphes plus jeunes d’être présentés à pied d’égalité avec les incontournables de la danse contemporaine. De quoi se nourrir de convergences artistiques dans le souci de l’altérité. Un appel à se réunir, encore.

 

 

Photo : MARLENE MONTEIRO FREITAS / DE_MARFIM E CARNE AS ESTATUAS TAMBEM SOFREM (C) DR