Valeria Bruni-Tedeschi et Yann Coridian ont filmé le chorégraphe Thierry Thieû Niang lors d’une série d’ateliers qu’il menait à l’hôpital Charles Foix d’Ivry-sur-Seine. Au cœur d’un vaste programme d’action artistique et culturelle à l’occasion duquel le Musée du Louvre a implanté une véritable artothèque et proposé un travail autour de la thématique du corps en mouvement, le chorégraphe a pu déployer un travail de fond en direction des patients du service de gériatrie. Puis, hors des cadres, il a laissé la confiance s’installer, de corps à corps, et le mouvement survenir, au-delà des fragilités. Des mémoires du geste, des souvenirs égrenés, des moments de joie, de solitude, bref, de vie ! Et de la danse, comme d’infimes instants de grâce… Parmi les patients, il y a Blanche. Le film aurait pu témoigner d’une riche expérience, tant du point de vue de l’artiste, que des participants aux ateliers, ou des soignants. Il aurait pu dire à quel point la présence de l’art à l’hôpital porte des enjeux infiniment profonds et justes pour toute la société. Mais cette jeune fille de 90 ans, bouleversante et bouleversée, opère un déplacement de notre regard et du projet même du film : parce que la caméra a capté un moment d’une intensité saisissante entre Blanche et Thierry, voilà que les choses prennent un tout autre sens. Pour Blanche, c’est le coup de foudre et Thierry est son amour… Ce film est l’histoire pleine d’émotions de parcours transformés par la danse, et d’un retour à soi incarné par cette jeune fille. Une histoire d’amour.

Nathalie Yokel

Une jeune fille de 90 ans, de Valeria Bruni-Tedeschi et Yann Coridian : mercredi 7 juin 2017 à 20h55 sur Arte.

Au cinéma du Panthéon, 13 rue Victor Cousin, 75005 Paris : les 11 et 18 juin, 2 et 9 juillet 2017 à 11h, projections en présence de l’équipe du film.