Rigoureusement éclectique, ce festival international du Centre de Développement Chorégraphique National de Toulouse expose plusieurs axes de lecture de la danse contemporaine : des formes diverses – spectacles participatifs, performances, pièces au plateau – la rencontre des disciplines artistiques – danse et cirque pour Samuel Mathieu et sa pièce Guerre, danse et arts plastiques pour Cargo, l’archipel d’Ether de Carole Vergnedanse et théâtre chez Fanny de Chaillé et Les grands – mais aussi les différents registres de danse : le hip-hop travaillé par Pierre Rigal ou le tango argentin d’El Baile de Mathilde Monnier et Alan Pauls. Il s’agit également de voir ce qui échappe ailleurs : Aulbinor de Camille Cau, un quatuor qui se propose de retrouver le chemin de l’apaisement collectif ; Tragôdia ou Thésée-moi ! De la « dansechieuse » Marlène Rostaing, mise en corps et en voix des excès des héroïnes antiques ; Bibi Ha bibi dans laquelle Henrique Furtado et Aloun Marchal rejouent avec humour les clichés d’une virilité ultra-codifiée, de l’affrontement à la sensualité et bousculent au corps à corps les attendus du masculin ou encore Hear de Benjamin Vandewalle et Yoann Durant, expérience sensitive. Enfin, l’occasion de (re)voir Tordre de Rachid Ouramdane. Au cœur de l’hiver, une généreuse portion de danse !

Marie-Juliette Verga

La Place de la danse en hiver : du 23 janvier au 10 février 2018, Toulouse.

Tél. : 05 61 59 98 78

www.laplacedeladanse.com

Photo : Bibi Ha Bibi d’Henrique Furtado  et Aloun Marchal, crédit Pierre Ricci