Pour la 6e édition du festival, Emmanuelle Vo-Dinh lance un appel : « faisons émerger notre danse, jetons des sorts, lançons des prophéties, faisons nous confiance et créons un instant cette cité utopique… ». Parlons d’abord des créations : Hymen Hymne de Nina Santes convoque, à mi-chemin entre travail documentaire et rite magique, la figure politique de la sorcière, symbole d’une réappropriation de nos corps et de nos actions. Remembrance 2 d’Hervé Robbe recycle les souvenirs du début des années 2000 et notamment de son passage au Havre. Dolldrums de Laure Delamotte-Legrand et Julie Nioche est une installation dont le titre est un jeu entre les poupées et les étranges zones de calmes total dans une tempête. Elle interroge la subversion que dégagent l’immobilité et la contemplation dans nos temps de courses perpétuelles. Mylène Benoit, artiste associée, propose Votre danse, une collecte de danses intimes individuelles et documente le folklore intérieur d’amateurs ainsi que La Maladresse composée autour des tics et des dyskinésies, mouvements involontaires du corps. A voir également, un focus sur Ivana Müller et trois de ses pièces récentes. Avec aussi : deux pièces d’Emmanuelle Vo-Dinh, le travail de Loïc Touzé, Thibaud Croisy, Emmanuel Eggermont… Deux semaines au Havre ? Et pourquoi pas !

Marie-Juliette Verga

Festival Pharenheit : du 23 janvier au 3 février 2018 – Le Havre

Tél. : 02 35 26 23 00

www.lephare-ccn.fr

Photo : La Maladresse de Mylène Benoit, crédit Véronique Baudoux