Kaori Ito sera l’interprète soliste de sa nouvelle pièce, Robot, l’amour éternel. Mais on l’y voit aussi auteure du texte, metteure en scène et chorégraphe. C’est dire la complexité et l’entièreté de son engagement. On a connu cette artiste comme archétype de la danseuse experte d’origine asiatique, doublée d’un caractère trempé. Les plus grands chorégraphes en firent vite une star. Depuis quelques années, des pièces intimes, avec son père, avec son compagnon, disent son sursaut vital, à la recherche d’une vérité profonde, où cesser de se perdre. Robot, l’amour éternel approfondit cette quête. L’artiste internationale tient le carnet de bord d’une vie de haute intensité, entrecoupée de retombées, qui ressemblent à des petites morts. Dans le « robot » du titre, il faut déceler cette part inanimée, frontière au-delà de laquelle la danseuse pourrait aller jusqu’à disperser la matière et l’image de son corps. L’amour y gagnerait-il la paix, à jamais espérée ?

Gérard Mayen

Création les 12 et 13 janvier 2018 à Klap, Maison pour la danse, Marseille.

5 avenue Rostand, 13003 Marseille

Tél. : 04 96 11 11 20

www.kelemenis.fr

Tournée :

16 – 17 janvier, MA scène nationale, Montbéliard // 24 – 27 janvier, Maison des Arts, Créteil // 20 – 21 février, Lieu Unique, Nantes // 9 mars, Théâtre de Châtillon // 27 – 28 mars, La Ferme du Buisson, Marne-la-Vallée // 3 – 7 avril, Le CenQuatre, Paris // 9 – 18 mai, ADC, Genève // 25 – 26 mai Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines.

Photo : Robot, l’amour éternel de Kaori Ito, crédit Dylan Piaser