Au printemps 2017, Ballroom (n°13) rendait compte à ses lecteurs de sa semaine d’immersion au cœur du Prix de Lausanne. Ce concours prestigieux n’est pas seulement un tremplin pour les heureux élus : c’est une belle plateforme de rencontre, d’échange, et de coaching qui peut se révéler être une véritable étape dans le parcours ou la progression d’un danseur.

Jeunes danseurs de ballet, si vous êtes nés entre le 9 février 2000 et le 9 février 2004, c’est le moment de se lancer ! Le Prix de Lausanne ouvre ses inscriptions dès le 1er septembre prochain. Attention, tout va très vite : bouclage des dossiers avant le 30 septembre 2018, et envoi de la vidéo avant le 21 octobre. Il s’agit d’une captation de 15 minutes montrant le candidat en exercice classique à la barre et au milieu, et dans une variation contemporaine. Dès le 1er novembre, 80 candidats recevront la bonne nouvelle de leur sélection au concours, et se prépareront au voyage qui aura lieu début février 2019. Ils devront emporter dans leur besace une variation classique et une variation contemporaine à présenter au jury pour la finale.

Strict est le règlement du concours, éprouvante est cette façon de se challenger, d’abord soi, mais aussi vis-à-vis des autres, lorsque l’on est un jeune danseur. On aura vite fait de dire que c’est un corps virtuose doublé d’un mental puissant que l’on requiert avant tout dans ce genre d’expérience. Mais le gain est tel que la question mérite d’être bien considérée. Et lorsque l’on dit gain, il ne s’agit pas seulement des money prices, qui sont par ailleurs importants. Le Prix de Lausanne, c’est aussi un maximum d’opportunités aux danseurs qui se feront remarquer : Les bourses d’études et les bourses d’apprentissages dans les plus grandes écoles de ballet du monde ainsi distribuées constituent des sésames ouvrant des portes qui auraient pu être infranchissables sans le Prix. Quant aux autres qui n’auront pas été jusqu’en finale, ils auront bénéficié d’une semaine folle avec cours quotidien de ballet, cours de danse contemporaine, travail approfondi de leurs variations avec coachs, Networking forum pour rencontrer les écoles et les compagnies partenaires du Prix de Lausanne (une occasion de se faire remarquer une seconde fois, qui peut donner lieu à des stages ou des bourses)… Une aventure hors du commun qui n’a pas de prix.

« Quel que soit le résultat final, si vous être ici c’est que vous avez déjà gagné » : cette introduction de la directrice Shelly Power, adressée aux danseurs de l’édition 2017, avait retenu toute notre attention, marquant l’esprit de ce concours. Kathryn Bradney, ancienne première danseuse et maîtresse de ballet au Béjart Ballet Lausanne, lui a succédé officiellement en juin 2018. Elle connaît bien tous les rouages de cette institution, pour avoir été en charge de la production du concours, et présélectionné les candidats pendant 11 ans. Elle est aussi l’instigatrice du nouveau Swiss Workshop de juillet, à l’attention des danseurs helvètes. Car il faut encore multiplier les façons d’encourager les jeunes à se lancer dans le concours et balayer les a priori. Un conseil avant tout : soignez bien cette vidéo de présélection, elle est la clef pour vous faire vivre une expérience incomparable.

Nathalie Yokel

www.prixdelausanne.org

 

 

 

Crédit photos : Prix de Lausanne 2018, Grégory Batardon