Au festival de Cannes 2018, le premier long métrage de Lukas Dhont a fait l’effet d’une révélation. Au point de rafler trois prix, dont la prestigieuse Caméra d’Or et la Queer Palm. S’il fait ses débuts au cinéma, le tout jeune réalisateur belge n’est pas un novice dans le monde de la danse. Il a notamment collaboré avec le chorégraphe Jan Martens pour la performance The Common People, créée en 2016 au DeSingel d’Anvers et présentée au Next Festival de Roubaix. Son film raconte d’ailleurs la lutte intérieure et physique d’une danseuse de quinze ans née garçon, en pleine transformation hormonale pour devenir une femme. La maîtrise du corps, les normes du ballet, sont au cœur d’une œuvre infiniment pudique et sensible, magnifiquement interprétée par le troublant Victor Polster. Sa prestation a valu à cet élève de l’Ecole Royale de Ballet d’Anvers le prix d’interprétation d’Un certain regard. Que Sidi Larbi Cherkaoui en ait signé les chorégraphies est une raison supplémentaire de ne pas manquer ce film bouleversant.

Isabelle Calabre

Girl, film de Lukas Dhont, sortie au cinéma le 10 octobre 2018.