« J’ai créé le Festival Zoa afin de voir des pièces que j’ai envie de voir » assume Sabrina Weldman qui a fondé il y a 7 ans ce rendez-vous incontournable pour les amoureux de la radicalité. La mission de cette « Zone d’Occupation Artistique », temps fort de l’automne est « d’offrir une visibilité aux artistes émergents », elle ajoute : « pas nécessairement jeunes », « qui ont le désir d’échapper aux stéréotypes et n’ont pas peur de creuser au-delà de la surface d’un propos ». Alors, du 12 au 31 octobre, on se régalera de créations et premières en France ayant comme fil conducteur les « Altérités ». Entendez : nous sommes dans le rare, dans le précieux. Au programme Slow Torments, exposition de corps tourmentés de Vincent Lacoste. Paul de Léa Leclerc et Julie Knittl, Palma d’Ana Paula Gusmao, Pourquoi ne sais-tu pas marcher dans la neige ? de Nicolas Turicchia (Première en France), Dancing Dance for me de Sun-A Lee (création), Men’s Day de Maria Montero (reprise de 2017) et Piel de Maria Eugenia Lopez (Première en France). Une programmation pointue et internationale qui offre une multiplicité de façon de percevoir le mouvement.

Amélie Blaustein Niddam

Festival Zoa, du 12 au 31 octobre 2018.

www.zoafestival.wordpress.com

 

Photo : Piel de Maria Eugenia Lopez. Crédit Andrea Messana