Le Festival Instances fait la part belle aux mouvements de révolte. Soulèvement de Tatiana Julien, une mise en secousse qui tire le fil d’une sortie de l’accablement, un solo en résistance qui s’attache par un jeu de citations à l’histoire des rencontres de l’art et de la révolte. Three times rebel de Marina Mascarell qui révèle les violences symboliques et refuse les normes imposées au corps. Fix me d’Alban Richard sur le djset live d’Arnaud Rebotini se nourrit de l’intensité des modes de harangue empruntés aux femmes prêcheuses ou rappeuses américaines. Kirina de Serge Aimé Coulibaly exalte l’Afrique qui se soulève avec Rokia Traoré et un livret de Felwine Sarr, auteur d’Afrotopia. Marcos Morau interroge les passions humaines et le transfert d’une part de sensibilité à des robots avec Pasionaria… S’y ajoute une histoire de la danse par Pere Faura, Mon homonyme de Luc Sanou, Hafiz Dhaou et Aïcha M’Barek qui revendiquent les parcours et/ou les visions singulières.

Marie Juliette Verga

Festival Instances, du 15 au 21 novembre 2018, Espace des Arts, scène nationale de Chalon-sur-Saône.

Tél : 03 85 42 52 12

www.espace-des-arts.com

Jeudi 15 novembre :

18h30 : visite dansée du nouvel espace des arts

19h et 21h30 : Luc Sanou / Mon homonyme

20h : Serge Aimé Coulibaly – Rokia Traoré / Kirina

Vendredi 16 novembre :

19h : Tatiana Julien – artiste associée / Soulèvement

20h : visite dansée du nouvel espace des arts

21h : Marina Mascarell / Three Times Rebel

Mardi 20 novembre :

19h : Pere Faura / Sin baile, no hay paraíso (no dance, no paradise)

20h : visite dansée du nouvel espace des arts

21h : Marcos Morau / Pasionaria 

Mercredi 21 novembre :

19h : Aïcha M’barek – Hafiz Dhaou / Ces gens là !

20h : visite dansée du nouvel espace des arts

21h : Alban Richard – Arnaud Rebotini / Fix me

 

Photo : Three Times Rebel de Marina Mascarell. Crédit : Robert Benschop