Rendez-vous nécessaire de la scène contemporaine, Les Inaccoutumés fêtent les 35 ans de La Ménagerie de Verre.


Avec Open House, Clara Le Picard met en scène un parallèle avec la Factory d’Andy Warhol. Théo Mercier et Steven Michel explorent l’intérieur corporel et domestique de chacun en auscultant une chimère mi-homme mi-Kallax (bibliothèque standardisée Ikea). Vincent Dupont se concentre sur le rideau qui dissimule le miroir du studio pour 5 apparitions successives. Dirty Dancers, d’Anna Chirescu et Grégoire Schaller, joue la face A et B, un corps amateur et son double professionnel. Dans cet habitat foisonnant, Antonija Livingson fait entrer Chaud, collection queer. Le pèlerinage en mutation près des œuvres récentes de ce groupe à dimensions variables se transforme sur trois jours. L’enfance, sa radicalité et ses exigences absolues envers les adultes est présente avec Le grand sommeil de Marion Siéfert. Seule en scène, Helena De Laurens incarne une enfant qui se moque bien des attentes faites aux filles. A côté de cela, Jérôme Bel lit La conférence sur rien de John Cage et Annabelle Pulcini juxtapose deux corps au mathrock de Shellac et chorégraphie un manifeste « une utopie : chaque corps pris comme un instrument, avec ses possibilités physiques et techniques, ses outils et ses qualités brutes, sans effets spéciaux, et si possible sans état d’âme »

Marie Juliette Verga

Les Inaccoutumés, du 13 novembre au 8 décembre 2018 à la Ménagerie de Verre, 12-14 rue Léchevin, 75011 Paris. Tél. : 01 43 38 33 44.

www.menagerie-de-verre.org

 

Photo : Anna Chirescu et Grégoire Schaller dans Les indolents, crédit Chirescu-Schaller